Chrétiens et juifs

Le 17 octobre 2010

« C’est comme un grain de Sénevé  » (Marc 4,31)

En présentant la Déclaration Nostra Aetate au Concile Vatican II le Cardinal Bea disait :

- « A cette déclaration, on peut, à juste tire, appliquer l’image biblique du grain de sénevé [...] Avec le temps, et surtout par la discussion qui eut lieu au Concile, ce grain – grâce à vous -est devenu un arbre dans lequel beaucoup d’oiseaux trouvent déjà leur nid. C’est - à- dire dans lequel, au moins d’une certaine manière, toutes les religions non chrétiennes ont déjà leur place ».

Il disait aussi « C’est dans les fruits que la déclaration doit porter après le Concile et qu’elle portera certainement, que réside son importance et sa très haute valeur ».

Le n° 4 de cette déclaration qui porte sur « l’Eglise et le peuple juif », expression privilégiée de son importance et de sa valeur a été commenté à chaque anniversaire, pratiquement tous les cinq ans. Voici 9 extraits, comme une « charte de Dix Paroles » : la dixième n’est - elle pas entrain de germer à partir de sa source enrichie au fil des ans, sans bruit, dans l’action de grâce pour l’Eglise d’aujourd’hui, pour le 28 octobre 2010 prochain : Saurons-nous l’accueillir, lumière de nos pas pour une étape nouvelle ?

Mystère de l’Eglise, lien avec la souche :

1965 : « En scrutant le mystère de l’Eglise, le Concile se souvient du lien qui unit spirituellement le peuple du Nouveau Testament à la descendance – la racine – d’Abraham. » Nostra Aetate n°4

Révolutionnaire au milieu d’obstacles

1970 : « La Déclaration de Vatican II Nostra Aetate, qui semble révolutionnaire face à l’arrière-plan historique n’a pas et n’a pas pu dissiper tout de suite les nombreux obstacles et préjudices. » C. A Rijk

Beauté du visage de l’Eglise en la paternité d’Abraham

1975 : « Et nous voulons dans cette manifestation du visage rendu plus beau de l’Eglise catholique ... tourner notre regard vers les fidèles des autres religions, au milieu de tous ceux à qui nous unit la paternité d’Abraham, spécialement les Juifs, non pas objet de réprobation et de méfiance, mais bien de respect et d’amour et d’espérance. » Cardinal Willebrands citant Paul VI

Anamnèse : Faire revivre dans le présent et se projeter dans le futur

1980 : « Nous ne voulons pas seulement la rappeler comme un évènement historique et réaffirmer qu’elle a existé à un moment du passé. « Commémorer », au sens véritable du mot, va bien au-delà. Il signifie, au sens théologique et liturgique de l’anamnèse, faire revivre dans le présent le fait qu’on commémore et projeter son existence dans le futur. » Cardinal Willebrands

Connaître les croyances, pratiques et la spiritualité l’un de l’autre

1985 : « Que les chrétiens cherchent à connaître aussi exactement que possible les croyances, les pratiques religieuses et la spiritualité des juifs, et inversement que les juifs cherchent à connaître les croyances, les pratiques et la spiritualité des chrétiens. » Jean-Paul II

Avec une étude systématique de l’enseignement du Concile

1990 : « Peut-être le temps est-il venu, vingt-cinq ans plus tard, d’entreprendre une étude systématique de l’enseignement du Concile en cette matière. Nous ferions bien de chercher à réaliser cela, comme un élément de notre dialogue. » Jean-Paul II

Guérison de la relation à l’origine, espoir de toutes relations

1995 : « Le fait de devoir résoudre le problème de ses relations avec le judaïsme a amené l’Eglise à prendre aussi au sérieux les grandes religions du monde. Ceci semble indiquer que, si la relation à l’origine de l’Eglise peut se guérir, il y a de l’espoir pour que toutes les autres relations se mettent également en place. » Equipe du SIDIC - Rome

De fenêtre ouverte ... en rencontre

2000 : « Ce numéro de SIDIC essaie d’ouvrir une « fenêtre » sur la rencontre des juifs et des chrétiens telle qu’elle s’est développé depuis Nostra Aetate. » Equipe du SIDIC- Rome

Dans le respect mutuel de ce qui nous distingue

2005 : « Ce dialogue s’il veut être sincère, ne doit pas passer sous silence les différences existantes ou les minimiser : précisément dans ce qui nous distingue les uns les autres à cause de notre intime conviction de foi, et en raison même de cela, nous devons nous respecter mutuellement. » Benoît XVI

« Puisque selon l’Apôtre (Paul) les Juifs restent encore à cause de leurs Pères, très chers à Dieu, dont les dons et l’appel sont sans repentance (Rm 11,29), « l’exemple de Paul en Romains 9-11 montre qu’une attitude de respect , d’estime et d’amour pour le peuple juif est la seule attitude vraiment chrétienne dans cette situation qui fait mystérieusement partie du dessein, tout positif, de Dieu. » : « Qui veut être uni à Dieu doit donc également les aimer. » (Le peuple Juif et ses Saintes Ecritures dans la Bible Chrétienne, CBP, Cerf, 2001, n° 86)

2010 : Juifs et chrétiens ensemble pour un monde de partage, de justice, chemin vers la paix !

A suivre !

Isabelle Denis, nds www.sion.org

Compléments de cette chronique sur le site www.sion.org/nostra_aetate.htm avec des extraits de l’histoire du Concile.

S’y référer ensuite chaque début du mois pour la suite de présentation des documents proposés pour se préparer à célébrer le 45ème anniversaire de Nostra Aetate le 28 octobre .... Occasion de rendre grâces pour ce document si dense : En mesurons-nous réellement toute la portée prophétique pour aujourd’hui et pour l’avenir ?

Documents à télécharger